Livres d'Histoire (principalement Hauts de France et Normandie, et autres régions) et livres de Nature (réédition de livres anciens)

ALPHABÊTES

PROMOTION - 5 %
10 9 50
Veuillez selectionner une version du produit
Veuillez selectionner votre personnalisation
  Poser une question
DESCRIPTION :
Jean-Claude Michaux - 14.85 x 21 cm - 50 pages
 
Jean-Claude Michaux propose « Alphabêtes », des poèmes consacrés aux animaux. C’est succulent ! 
Ancien enseignant, comédien, et surtout heureux retraité lettré sensible et fraternel. 
Jean-Claude Michaux avait publié, il y a peu, un premier court recueil de brefs poèmes, Courir le coquillage, prometteur, frais et audacieux. Le voilà qui récidive avec autant de bonheur en nous donnant à lire Alphabêtes, une vingtaine de poèmes où il décrit et «portraitise» avec une pétillante subjectivité nos amis les animaux. Dans le bestiaire de Jean-Claude Michaux – l’arche de Liomer, comme d’autres bretteurs, moins pacifistes, créèrent la botte de Nevers – : l’araignée, le boa, le caïman, le chat, le chien, l’escargot, la 
fourmi, le gnou, la grenouille, le hibou, le coucou, le kangourou, le koala, le loup, le moustique, l’ours, les oies, le poisson rouge, la poule, les poux, les puces, la souris, la vache, le taureau le yack-zébu. Ne cherchez pas là d’absconses et rêches recherches qui vont à la pêche à la nouveauté comme d’autres vous cherchent des poux dans la tête. Michaux a l’élégance de faire simple, juste et bon; jamais il n’assomme, jamais il ne prend de haut, jamais il ne professe ou intellectualise. Ce garçon-là a le verbe gai ; l’intelligence à portée de verres. On est chez Prévert, chez Cendrars, chez Desnos. Pas chez les professeurs du «isme» qui se poussent du col dans les chapelles austères des savantes universités. Jean-Claude Michaux appelle un chat un chat, un gnou un gnou, fut-il bi comme soixante-neuf cornemuses bretonnes. On s’amuse souvent ; on rit beaucoup. On savoure ces mots légers comme des bulles, comme les gaz tourbeux de tanches romantiques. 
Il n’oublie pas l’émotion. Exemple quand il confie à propos du chat : « Il cultiva la paresse rêveuse et le ronron quelque peu distant. L’an dernier, un peu avant Pâques, il s’allongea pour la sieste sur un massif de fleurs et ne réveilla pas. » Rires encore, du boa : « Il m’invite parfois à partager cette rencontre, à entrer en contact comme il dit. Jamais, j’ai bien trop peur ! Avec les serpents je manque de sang-froid. » Ou à propos du caïman: « Comme s’ils pressentaient aussi leur destin : finir sac au bras d’une vieille élégante ! ». Et au sujet du taureau: «Dans une arène/ Madrilène/ Les cris font relâche/ Qui oserait sombre bravache/ Souhaiter encore/ La mort aux vaches. » Réveillez la bête qui est en vous ; lisez Jean-Claude Michaux ! 
- Philippe Lacoche -
VOUS POURRIEZ AUSSI ÊTRE INTÉRESSÉ PAR :
Afin de vous offrir une expérience utilisateur optimale sur le site, nous utilisons des cookies fonctionnels qui assurent le bon fonctionnement de nos services et en mesurent l’audience. Certains tiers utilisent également des cookies de suivi marketing sur le site pour vous montrer des publicités personnalisées sur d’autres sites Web et dans leurs applications. En cliquant sur le bouton “J’accepte” vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus, vous pouvez lire notre page “Informations sur les cookies” ainsi que notre “Politique de confidentialité“. Vous pouvez ajuster vos préférences ici.